Le 22 novembre dernier l’Office Fédéral des Assurances Sociales (OFAS) a invité des professionnels, des représentants du monde politique, des cantons, des communes, des ONG’s, des représentants d’entreprises privées et de la recherche, des responsables des affaires sociales et des personnes touchées par la pauvreté au Palais des Congrès à Bienne. Ils étaient réunis pour réfléchir ensemble aux causes de la pauvreté, discuter des mesures de prévention contre la pauvreté et des suites à donner au programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté.
(article de "Information Quart Monde", décembre 2016)

ATD Quart Monde s’est préparé très sérieusement à cette conférence. Lors de deux réunions les membres du Mouvement se sont attelés à la question de la participation des plus pauvres à la vie sociale. La préoccupation était de n’oublier personne et d’aller à la recherche de ceux qui manquent encore. D’importantes contributions pour les ateliers et un manifeste sont nés de ces échanges. Le manifeste a été présenté par une militante et une alliée d’ATD Quart Monde et un militant de l’Association des familles du Quart Monde de l’ouest lausannois et a servi à lancer la réflexion au début de la Conférence nationale.

Ce témoignage d’une personne touchée personnellement par la pauvreté m’a beaucoup impressionné :
« Quand on est dans les difficultés, on n’arrive pas à dire ce que l’on veut dire. Certaines personnes restent même cloîtrées chez elles de peur du qu’en dira-t-on de leurs voisins et des commentaires à propos de leurs tenues vestimentaires ».

Le manifeste met l’accent sur la participation, afin qu’elle se concrétise pour tous. La participation fait partie des droits fondamentaux dans une société démocratique. Nous ne pouvons pas y renoncer pour certains et encore moins pour ceux qui connaissent l’exclusion à cause de la pauvreté.

Ce n’est qu’avec la contribution des plus démunis que notre société pourra combattre efficacement la pauvreté. (Vous pouvez consulter l’énoncé complet du manifeste sur notre site: www.quart-monde.ch ou le demander à notre secrétariat).

Dans son exposé, avant les ateliers, le Prof. Jean-Pierre Tabin a surtout mentionné le fait que beaucoup d’ayants droit n’avaient pas recours aux prestations sociales ou en étaient exclus et que cela avait un lien avec l’incompétence de professionnels, le manque de personnel, la stigmatisation et la discrimination. Quinze ateliers ont été proposés le matin et après le repas de midi. Dans certains, les militants d’ATD Quart Monde ont pu prendre la parole spontanément ou apporter une contribution qu’ils avaient préparée par avance.

Un des ateliers avait lieu dans les locaux du travail de rue biennois. Le thème de cet atelier était : l’accès des personnes vivant dans la pauvreté à l’information et à la consultation.

Des personnes en situation de pauveté ont raconté leurs histoires de façon saisissante et ont formulé leurs souhaits profonds :
- la sensibilisation de l’opinion publique au fait que la pauvreté est une violation des droits de l’homme,
- l’accès à une information globale et compétente ainsi qu’aux aides
- le soutien administratif dans les situations de détresse
- un lieu de secours dans des impasses inancières
- la remise entière ou partielle de dettes ou leur paiement échelonné (avant tout celles concernant les impôts)
- la participation à la vie culturelle
- une banque de données centrale pour toutes les offres d’aides sociales.

« La force du peuple se mesure au bien-être du plus faible de ses membres. »

 A la fin de la journée, c’était au tour du Conseiller fédéral Alain Berset de prendre la parole. Il a évoqué le défi...

et la nécessité d’agir que demande la prévention contre la pauvreté du point de vue de la Confédération. Il a vigoureusement plaidé pour que chaque personne obtienne des chances de faire valoir et développer ses talents, et que l’économie soit prête à accueillir également des personnes en situation de vie difficile. Alain Berset s’est appuyé sur le préambule de la Constitution fédérale où il est dit : « La force du peuple se mesure au bien-être du plus faible de ses membres. » Dans la table ronde qui a suivi et qui a rassemblé des représentants de l’Union des villes suisses, de la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sociales, du Conseil fédéral et de Caritas Suisse, il était question du développement à donner au programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté. Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse, a conclu en affirmant : « J’aurais honte de mon pays si le Parlement n’arrivait pas à attribuer les 9 millions de francs pour le programme national à partir de 2018. » Claude Hodel Photos: Sandra Blaser


Conférence nationale contre la pauvreté

Une bonne vingtaine de délégués d'ATD Quart Monde a participé à la conférence du 22 novembre 2016 à Bienne. Les personnes touchées par la pauvreté y sont intervenues au début, juste après le maire de Bienne. Elles ont souligné que la participation à la vie sociale, culturelle et politique est un droit fondamental et en même temps une condition indispensable pour éliminer la pauvreté et l'exclusion. 

« Vous ne pouvez pas vous imaginer dans quelle galère on vit, ce qu’on nous impose ! Qu’est-ce que vous pouvez comprendre vous qui ne vivez pas au compte-goutte. »

Initiates file download"Réflexions sur la Conférence du point de vue
des personnes touchées par la pauvreté"

Opens external link in new windowDocumentation pour la conférence

Des personnes vivant la pauvreté se préparent à la Conférence nationale contre la pauvreté (22 nov. 2016 à Bienne)

Un point fort de la journée du 29 octobre a été le travail sur le manifeste «Mettre en oeuvre le droit à la participation pour tous». Il sera présenté à la Conférence nationale lors de l'intervention en plenière de personnes touchées par la pauvreté.

Initiates file downloadCommuniqué de Presse

Rencontre de préparation à Treyvaux

Une rencontre préparatoire à la Conférence nationale contre la pauvreté, qui aura lieu le 22 novembre prochain à Bienne, a réuni une trentaine de personnes au centre national d’ATD Quart Monde à Treyvaux, le 18 juin dernier.

  « Ainsi on retire le tapis sous les pieds des gens et on les remet dans un ghetto », c’est le bilan que tirait Roland lors de la rencontre préparatoire à la conférence nationale contre la pauvreté. Il était question de la recherche de logement, une situation difficile et souvent désespérante pour ceux qui ne trouvent pas à se loger correctement. Markus a ajouté : « Nous savons que, dans la recherche de logement, les personnes touchées par la pauvreté rencontrent très vite des obstacles. Alors elles en arrivent à un point où elles débranchent. On s’énerve, plus rien ne nous intéresse. Alors on devient amer, on déprime dans son appartement. »

Une autre rencontre est planifiée pour le 29 octobre. Des représentants du monde politique, des Eglises et des ONG’s seront invités à se joindre au groupe de base. Cela servira de préparation aux membres du Mouvement afin qu’ils puissent amener ensuite avec confiance et détermination leurs préoccupations et revendications à la Conférence nationale.Roland et Markus seront parmi eux. (suite du compte rendue de Claude Hodel)

Au centre de notre processus de préparation le thème suivant a été retenu: nous ne voulons laisser personne de côté et atteindre ceux qui manquent encore. A partir du manuel « Faire des droits de l’homme une réalité pour les personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté»* (qui a été évoqué et discuté lors de la table ronde de l’assemblée générale d’ATD Quart Monde du 23 avril) la question de la participation des plus pauvres à la vie sociale reste la préoccupation essentielle.

La Conférence nationale a pour titre : Chemins pour la lutte contre la pauvreté et la prévention de la pauvreté en Suisse. A côté des apports d’idées et de suggestions de la part des personnes touchées par la pauvreté, d’une allocution du Conseiller fédéral Alain Berset et de divers exposés, plusieurs ateliers traitant de la thématique de la pauvreté seront proposés.

Un des objectifs formulés préalablement par l’Office fédéral des Assurances Sociales est que la conférence doit offrir de nombreuses possibilités de rencontres entre experts à tous les niveaux, entre divers domaines de discussions et avec des représentants des personnes touchées par la pauvreté. C’est un défi exceptionnel car, malgré les efforts des diverses organisations engagées activement avec les personnes touchées par la pauvreté, la participation des premiers concernés restera minime.

En tant que membres d’ATD Quart Monde nous ne pouvons pas nous en satisfaire. Malgré tout, nous sommes d’avis que nous pouvons poser un geste important par la participation d’une délégation motivée et bien préparée. Après tout, les discussions avec l’OFAS prouvent que le Mouvement ATD Quart Monde est considéré comme un partenaire important.
Cependant, nous devons nous engager à faire en sorte, qu’après la conférence nationale, la voix des plus pauvres ne soit pas uniquement entendue, mais qu’elle soit prise en compte dans la mise en œuvre des champs d’application.

Claude Hodel


Réfléchir aux droits de l’homme et à la pauvreté

« Faire des droits de l'homme une réalité pour les personnes qui vivent dans l'extrême pauvreté »

 : tel était le thème de la journée de réflexion organisée par le Mouvement international ATD Quart Monde samedi 23 avril à Treyvaux. Rencontre constituée d’une table ronde en vue de la participation à la conférence nationale de lutte contre la pauvreté – qui se tiendra le 22 novembre 2016 à Bienne.

« Pour affirmer ses droits, il faut parler », atteste d’emblée Elisabeth Gillard, militante d’ATD. Selon elle, la parole permet de lutter contre la stigmatisation, de maintenir des liens de confiance et de respect, que ce soit dans un cadre parental ou familial. Les droits de l’homme se jouent également au quotidien sur le lieu de travail, poursuit Elisabeth. Dans les entreprises, la bienveillance devrait être au cœur des relations pour permettre à chacun de s’exprimer, sans être jugé au préalable. « Les droits de l’homme, c’est le droit à l’instruction depuis tout jeune, c’est le droit d’aller à l’école pour pouvoir ensuite à l’âge adulte choisir sa vie, c’est réaliser ses rêves plutôt que de subir ! », conclut-t-elle.

A cela, Eugen Brand, ancien Délégué général du Mouvement ATD, répond en se faisant le messager du Père Joseph Wresinski ....

Rappelant que la société est autant capable d’attiser la peur et la discrimination que de se montrer solidaire, Eugen Brand explique que le Père Joseph a montré à ceux qui sont privés de droits comment se mettre ensemble pour se défendre et résoudre les conflits dans la dignité. Il est aussi revenu sur les trois chemins pour lutter efficacement contre la pauvreté : la connaissance, apportée à la société entière par les personnes vivant elles-mêmes dans des situations de grande pauvreté ; les droits de l’homme qui se doivent d’être respectés au sein des institutions et de la société pour devenir réalité ; ainsi que la compréhension profonde du lien entre pauvreté, droits de l’homme et paix au travers d’un travail avec les familles. En effet, le Mouvement d’ATD n’est pas seulement un mouvement des droits de l’homme mais aussi un mouvement pour la paix.

Fort de ce rappel, aujourd’hui, le mouvement ATD Quart Monde continue son engagement sur le chemin de la connaissance de l’extrême pauvreté par la publication du manuel Faire des droits de l’Homme une réalité pour les personnes qui vivent dans l’extrême pauvreté. Il doit contribuer de manière significative à garantir que les politiques publiques bénéficient aux personnes les plus défavorisées et permettent la défense de leurs droits. Un texte qui doit donc servir de rappel des engagements pris par les Etats, dont la Suisse. Nier les droits de l’homme, c’est faire violence aux plus démunis déclare Wouter van Ginneken, ancien fonctionnaire du BIT et membre de l'équipe des relations internationales d'ATD.

Développer une politique de lutte contre la pauvreté, cela veut dire prendre conscience que les personnes en situation de pauvreté doivent davantage faire des efforts pour être considérées de la même manière que tout autre citoyen. Pour ce faire, il importe de rendre visible les actions locales entreprises sur le terrain pour casser le tabou qui existe encore autour de la pauvreté, note Pascal Coullery, ancien secrétaire général Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne et actuel responsable de l’Etat-major de direction à l’OFAS . Un travail d’écoute, de sensibilisation des politiques et de la population sont au cœur de l’amélioration du dialogue qui représente un vaste bénéfice pour la cohésion sociale et la dignité de tous.

Et de conclure que c’est sur cette voie du dialogue, de la rencontre entre personnes en situation de pauvreté et personnes en dehors de la pauvreté que doit se poursuivre la recherche d’une application réelle des droits de l’homme pour tous.

GUIDING_PRINCIPLES-Handbook-Cover-274x400.jpg

Un manuel et une vidéo

ATD Quart Monde International et Franciscains International ont édité ensemble un Manuel pour la mise en œuvre des Principes directeurs des Nations Unies sur l'extrême pauvreté et les droits de l'homme.
Il peut être téléchargé ici en français, anglais ou espagnol.
Sur la même page, il y a aussi une vidéo de 10 minutes créée à l'occasion du lancement du Manuel.

Opens internal link in current windowCe qui a été fait dans les années précédentes