Bibliothèque de rue

La bibliothèque de rue consiste à introduire le livre, l’art et d’autres outils d’accès au savoir, notamment informatiques, auprès des enfants de milieux défavorisés et de leurs familles. Cette activité est accessible à tous, car se déroulant sur leur lieu de vie : à l’air libre, dans un square, sur une place, un marché, sur le palier d’un escalier, au pied des arbres, sous un lampadaire, dans des endroits isolés en campagne ou à la montagne.

La bibliothèque de rue est un temps de partage des savoirs extraordinaire qui répond à la soif de savoir des enfants, les réconcilie avec la joie d’apprendre et les encourage à révéler et à partager leurs talents. Par sa régularité et sa durée, elle permet de tisser des relations de confiance entre les enfants, leurs familles et les animateurs, premiers pas vers une participation sociale plus large. Cet espace génère d’autres événements culturels : ateliers de lecture, soutien à l’alphabétisation, création (livres, fresques, spectacles, etc…)

.Les bibliothèques de rue deviennent ainsi un pont vers l’extérieur, bibliothèques municipales, écoles, clubs sportifs ou informatiques, théâtres, afin que les enfants participent aux activités de tous et s’y épanouissent.
Nos bibliothèques de rue sont toujours à la recherche d’animateurs. Contactez-nous !

A hauteur des yeux

Dina Brenner partage son parcours et son expérience de la bibliothèque de rue 

Bonjour ! Je m’appelle Dina, j’ai 33 ans et depuis avril 2016 je suis responsable du projet bibliothèque de rue à Bâle.  Je viens de Augsburg, une ville de Bavière. C’est là que j’ai appris à travailler avec des familles immigrantes dans un quartier multiculturel. J’animais des activités de loisirs, j’accompagnais les personnes dans différentes démarches et j’aidais aux devoirs surveillés.  Quand je suis arrivée à Lörrach, en 2013, cette manière de travailler me manquait. Mais c’est seulement à fin 2015 que je me suis décidée à chercher activement un projet similaire. 

Par l’association « Benevol » j’ai fait connaissance .....(suite)

avec Christine Lindt. Elle recherchait alors une personne intéressée à poursuivre l’activité des bibliothèques de rue dans un quartier défavorisé de Bâle.  ATD Quart Monde m’a d’emblée plu, car le Mouvement n’est pas lié à une Eglise et parce qu’il y était question de dignité humaine. Mais que signifie la dignité ? Comment peut-on la sentir ?

Je veux travailler avec des enfants, mais pas dans une institution qui veut les influencer par l’éducation. Ce qui m’intéresse c’est de cultiver avant tout le vivre ensemble en liberté. Quand je m’adresse aux enfants, c’est toujours avec l’attitude : tu es pleinement et complètement accueilli et aimé tel que tu es. Il arrive parfois qu’un enfant se comporte d’une manière qui dérange les autres enfants. Je me mets alors à son niveau, à hauteur des yeux, et regarde ce dont il a besoin. Le plus souvent, il a besoin d’être reconnu, entendu ou accepté. De cette façon, je montre aussi aux autres que cet enfant ne pensait pas à mal, mais qu’il ne sait pas encore communiquer son besoin d’une façon plus sereine, moins « dérangeante ».

Dans un tel quartier populaire différentes valeurs, croyances et attentes cherchent à co-exister. Les malentendus et les conflits arrivent alors facilement. Mon but est de créer un terrain d’accueil bienveillant qui permet de créer des liens, de se parler et de grandir ensemble. La rencontre par le biais des livres est un moyen idéal pour cela. 
Dina Brenner

Bibliothèque de rue à Genève

Devant chez eux, les enfants peuvent découvrir le plaisir de lire des livres, de raconter et de créer des histoires ou de développer leurs talents d'artistes

Depuis novembre 2011, une bibliothèque de rue à lieu dans un quartier de Châtelaine. C'est l'occasion pour les enfants de se retrouver pour lire, écouter des histoires ou participer à d'autres activités.

 Chaque mercredi un moment est consacré aux livres. Au travers du conte, de jeux et d'animations, les enfants découvrent de nouvelles histoires et se les approprient.

Une deuxième partie des après-midi est dédiée à des activités plus libres : dessin, peinture ou selon l'imagination de chacun !

"Nous rencontrons des enfants de tout âge et faisons en sorte que chacun ait sa place."

Paroles d'animatrices :

Aurélie : « J'ai vraiment ressenti un rapport différent avec les enfants en étant "hors les murs". C'était moins "formel", je me suis sentie plus proche d'eux. .Le moment des mimes était précieux car j'ai senti les enfants créatifs, à l'aise et j'ai pu me rendre compte qu'il ne faut pas toujours tout organiser... Les gosses sont plein de ressources et nous en mettent plein les yeux. C'est une très bonne leçon personnelle. »