Rencontre aux sommets

 Les jeunes de la dynamique jeunesse d’ATD Quart Monde de Suisse, de Pologne, de France et de Belgique ont décidé de partir à la rencontre de la haute montagne.

Avec l’association « 82-4000 Solidaires » qui organise des stages de découverte de l’alpi-nisme avec des personnes de milieux défavorisés, ils se sont lancés dans l’aventure! Le stage a eu lieu du 2 au 9 juillet dans les Hautes-Alpes de la région de Briançon, en France.

 «Le paysage était magnifique, on ne se lassait pas de le regarder jour et nuit. On ne s’est pas ennuyé un instant avec toutes les activités sportives comme l’escalade ou la via ferrata. Les guides et Quentin, notre accompagnateur, nous ont beaucoup appris. Pour certains d’entre nous c’était facile, mais pour d’autres c’était assez difficile. Cela motive d’être avec d’autres, car les premiers félicitent les suivants quand ils arrivent en haut . (Lire la suite de l'article de Malyka)

On a aussi fait de la marche, comme cette ascension sur le glacier. On était encordé. Pour le retour j’ai marché en tête, j’avais peur car j’avais la responsabilité des autres derrière moi, mais l’accompagnateur me rassurait et me guidait.

Les guides savaient quoi dire pour motiver et redonner de la force. La force est en chacun de nous, mais si quelqu’un utilise les mots justes, il est plus facile de la trouver. J’ai considéré cette semaine comme un défi.

C’était dur, physiquement, on a tous dû se dépasser, pousser nos limites plus loin... On s’est encouragé les uns, les autres. C’est comme ça qu’on a tous réussi!

Nous avons passé une nuit dans un refuge, la responsable était très gentille et ouverte, nous avons discuté avec elle de beaucoup de thèmes. Une partie d’entre nous a dormi sous tente. Pour moi, c’était la premiere fois, ainsi en pleine nature. On entendait la rivière, c’était agréable et bien d’autres bruits plus bizarres.
Avant de dormir, j’ai discuté en anglais avec Dianna, une polonaise, tout en regardant les étoiles. Je n’oublierai jamais ce moment. Je souhaite à tout le monde de faire une telle expérience au moins une fois dans sa vie. Cela permet de se dépasser, d’apprendre de soi et des autres, de vivre la solidarité, d’expérimenter qu’on peut donner de soi et recevoir de la part des autres.

Même si les premiers jours ont été difficiles physiquement, ces efforts nous ont demandé de la confiance en soi et nous ont aidé à en trouver.

Au bilan, tout le monde s’est senti valorisé, certains ne connaissent pas ce sentiment tous les jours. Cela donne de la force pour le futur. C’était donc une expérience très enrichissante, que ce soit au niveau sportif ou relationnel. On peut tous être fiers de nous! Malyka Leresche

 Il paraît que j’étais « accompagnateur », là pour aider. En fait, c’est moi qui suis partie enrichi, humainement ; tous ces jeunes et moins jeunes m’ayant donné de l’espoir et confirmé dans l’idée que ce que nous partageons ce sont nos fragilités, notre diversité et nos rêves, qui vont notre humanité et qui préservent notre dignité lorsque nous les reconnaissons à leur juste valeur.
Initiates file downloadTexte entier de Quentin


20160703 165243
20160705 110647
20160705 124901
D S C N1622
D S C N1623
D S C N1667
D S C N1810
D S C N1844
D S C N1853
IMG 20160826 WA0016
P1060805
P1060838

«Djynamo» des jeunes en marche

La dynamique jeunesse d’ATD Quart Monde, ou Djynamo, c’est plein de rencontres entre des jeunes de divers milieux et de tous pays. Avec tous ces échanges, les jeunes espèrent casser l’isolement créé par la pauvreté et fortifier leur engagement dans la société envers ceux qui sont les plus exclus. En Suisse, ils se rencontrent en moyenne une fois par mois pour partager leur vécu, aborder divers thè-mes de réflexion et préparer la participation de leurs délégations aux rencontres internationales.

Les rencontres semestrielles «Djynamo» se déroulent généralement en France. Ces weekends permettent à chacune des délégations européennes de la dynamique jeunesse du Mouvement ATD Quart Monde de présenter aux autres délégations leurs actions et leurs réflexions, mais aussi de débattre sur des sujets divers et d’imaginer des actions futures et communes. Lors du dernier weekend Djynamo à Champeaux (région parisienne) qui s’est déroulé entre le 31 mars et le 3 avril, la délégation suisse était composée de Walkys, Bruno, Valentin et Malyka. Ils ont rencontré les délégations française, irlandaise, polonaise et belge. A cette occasion, en plus des différents moments de jeux en commun et d’activités manuelles (création d’un carnet, masques en plâtre et divers chantiers autour de la maison), les participants ont été répartis dans trois ateliers distincts : les migrants, l’année 2017 et un atelier sur la question de la communication.

Atelier “les migrants” :
Cet atelier a permis aux participants d’avoir une meilleure vision de ce que c’est d’être un migrant ou un réfugié politique à l’échelle mondiale. C’est avec étonnement que certains ont appris ...

que c’est en réalité sur le continent asiatique qu’il y a à ce jour le plus de réfugiés politiques. Un « jeu de l’oie » à l’échelle humaine, où chacun endossait le rôle d’un personnage différent, comme un sans-papier, un sans domicile fixe ou quelqu’un de plus favorisé, a illustré le fossé qui peut se créer dans la société entre des personnes aisées et des personnes défavorisées. C’était marquant de voir que plus le jeu avançait, moins les « personnages » avec une situation de vie précaire pouvaient entendre ceux qui avaient une situation de vie plus aisée.

Atelier “2017” :
2017 étant une année particulière pour le Mouvement ATD Quart Monde, puisqu’elle marque, entre autres, le centenaire de la naissance du Père Joseph Wresinski et...

les 60 ans du Mouvement, cet atelier consistait à mieux connaître celui qui l’a fondé, mais aussi à imaginer des moyens qui permettraient de sensibiliser les gens sur des questions liées à la misère et à l’exclusion sociale. La phrase “les pauvres doivent apprendre à s’exprimer pour être respectés” tirée d’un discours de Joseph Wresinski a notamment été au coeur des débats. Les participants à cet atelier ont aussi été amenés à imaginer une lettre qui encouragerait des artistes, comme par exemple Bono, le chanteur du groupe de musique U2, à faire une ou plusieurs chansons sur le thème de la pauvreté afin de sensibiliser le grand public à ce sujet.

Atelier “communication” :
Dans le cadre de cet atelier, des activités qui pointaient du doigt des problèmes de communication ont été proposées. Les participants ont pu se rendre compte à quel point c’est difficile ...

de communiquer de telle sorte que tout le monde comprenne précisément ce que l’on souhaite dire. Certains groupes Djynamo  européens, ont opté pour une communication orale, afin d’essayer de diminuer ces difficultés, en envoyant des messages audio via des réseaux sociaux pour ceux qui ne savent pas forcément lire ou écrire. Sophie Maréchal, membre de l’équipe pôle expressions publiques au centre international du Mouvement à Méry-sur-Oise (France), a profité de cet atelier pour présenter le site internet du Mouvement, son fonctionnement et comment y rédiger un article.

En dehors des différentes activités proposées, ces weekends Djynamo sont l’occasion de faire des rencontres, de vivre des moments très conviviaux et humains, ainsi que de discuter, débattre, rire et sourire ensemble. Et sans cet aspect- là, Djynamo ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Eda Senn


On s'engage on partage (Film d'animation) from ATD Treyvaux on Vimeo.

L'histoire derrière le film

Des jeunes solidaires

« On s’engage, on partage » c’est sous ce thème qu’une trentaine de jeunes de Suisse, France et Pologne se sont retrouvés du 3 au 11 août au centre national d’ATD Quart Monde à Treyvaux, mais pas seulement…

En effet, chaque matin nous nous sommes répartis en petits groupes pour aller donner des coups de main dans des associations de la région. Certains ont participé à la préparation du repas à Banc Public, d’autres ont donné des cours de français à des étrangers à l’association Passerelles, d’autres encore ont trié les arrivages chez Emmaüs, ont cueilli des petits fruits et fait de la confiture avec Croqu’terre ou encore du travail de maraîchage… et l’un des groupes a refait la clôture et d’autres travaux autour de notre maison à Treyvaux.

Lors des après-midi, chaque petit groupe a réalisé un film d’animation retraçant le travail accompli le matin dans les différentes associations.

Le vendredi soir, au centre national, le public a été invité à découvrir en avant-première ce film très original dans sa conception et sa réalisation. Près d’une quarantaine de personnes ont répondu à cette invitation et devant cette assemblée, deux jeunes, qui avaient participé à un rassemblement organisé par ATD Quart Monde en Allemagne, ont parlé de cet événement. Un représentant de Corpus  (organisation d’encadrement des jeunes et de promotion de l’insertion sociale) et le Radio Fribourg a fait un reportage sur cette rencontre. coordinateur de Passerelles (espace de rencontres interculturelles) ont témoigné de leurs expériences avec de jeunes migrants à Fribourg.

Cette soirée sur le thème de l’engagement des jeunes a été riche en émotions, comme toute la semaine dans les différentes associations et dans le quotidien entre les jeunes.

Voici les mots-clés choisis par les jeunes pour décrire ce qu’ils ont vécu et appris durant ces journées : partage, solidarité, bonheur, découvertes, nature, respect, vie…

Pour clore la semaine, nous sommes partis deux jours en montagne, au Pays-d’Enhaut. Là encore, l’entraide et la solidarité étaient au rendez-vous pour que tout le monde arrive ensemble au sommet ! Ce genre d’expériences sont des occasions uniques pour certains de rencontrer d’autres jeunes et de vivre quelque chose de différent de leur vie de tous les jours, souvent difficile.

C’est donc la tête et le cœur remplis de souvenirs que chacun est rentré chez lui et, je l’espère, avec plus de courage et d’énergie.

Amandine Houma  (de "Information Quart Monde" septembre 2014)

 

Radio Fribourg a fait un reportage sur cette rencontre.

=>  Voici ce qu'on pouvait entendre le 7 août 2014 ä 6h32

 

Cet été, chantier rencontre des jeunes européens,  du 3 au 11 aout 2014 à Treyvaux

 "une expérience unique de vivre ensemble avec nos différences, une expérience d'engagement pour soi et pour les autres pendant une semaine. Nous rencontrerons des associations en leur donnant un coup de main pendant 4 matinées, nous partagerons des moments autour d'ateliers créatifs ou sportifs" voir invitation >>>

s'incrire au 0041 26 413 11 66  ou  ici par mail

 

Toujours d'actualité une vidéo qui rassemble les réflexions des jeunes, de leurs parents, des professionnels sur la formation et l'accès à un métier : 

Film "Je rêve d'un métier"

vous êtes intéressé, contactez-nous

29 juillet - 6 août: : 17 jeunes européens à Treyvaux

Ils ont travaillé pour d'autres dans quatre projets. (voir vidéo )

Ils ont fait de l'animation de rue sur la Place Python à Fribourg
Et ils ont réussi à faire une oeuvre commune qu'ils ont installé en montagne après une marche de 6 heures  (voir vidéo)

voir communiqué de presse

Rencontre avec M. Ban Ki-Moon, Sécretaire Général de l'ONU

Une délégation des jeunes européens faisant parti du mouvement ATD Quart Monde ont rencontré Monsieur Ban Ki-Moon, Secrétaire Général de Nations Unis, au parlament européen de Strasbourg le 19 octobre 2010.

Ils ont pu lui retransmettre et lui remettre "L'appel des jeunes", un document écrit par des jeunes d'Europe, de tous horizons géographiques et sociaux, pour témoigner du combat que ces jeunes mènent contre la misère.

Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale : les jeunes se mobilisent

En Suisse, comme dans d'autres pays d'Europe, des jeunes de tous milieux se mobilisent contre l'exclusion et la pauvreté dont ils sont témoins ou victimes. Souvent confrontés eux-mêmes au chômage, à l'exclusion ou au racisme, ils sont porteurs d'un idéal où le respect de chacun sans restriction soit la mesure de la vie en société.

Le Mouvement international ATD Quart Monde se saisit de l'année 2010 pour mettre en évidence l'engagement citoyen de cette jeunesse inventant mille façons de faciliter la vie et l'intégration de tous dans les quartiers où elle vit, les lieux de formation ou de travail qu'elle fréquente : Avec ATD Quart Monde, les jeunes veulent bâtir une Europe qui n'oublie personne.

Le 17 octobre 2010 à Bruxelles une délégation internationale rencontrera le Parlement européen afin de témoigner de cet investissement quotidien, individuel ou associatif. Simultanément d'autres délégations tenteront de rencontrer les autorités politiques de leur propre pays, en Suisse aussi. Dans la perspective d'une nouvelle décennie pour l'élimination de la pauvreté, une de leur demande sera de soutenir partout où cela est possible les initiatives citoyennes des jeunes, ou inter-générationnelles, visant à faire reculer l'exclusion et la pauvreté sur le terrain. >> Factsheet de la Commission européenne.

En Suisse, des jeunes de différentes associations se rencontrent et lancent une campagne nationale. Le questionnaire "Allo l'Europe !" est un outil pour aller au-devant des jeunes de notre pays afin de recueillir leur expérience et leur pensée, mais il peut aussi faire l'objet d'un dialogue inter-générationnel.

A lire aussi : Tribune d'Eugen Brand sur l'Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion :
Mettons la lutte contre la pauvreté au même rang que les autres grands objectifs de l'Europe

Rencontres des jeunes été 2010

Cet été de jeunes européens actifs au sein d'ATD Quart Monde  et d'autres associations se sont rassemblés pour mettre en commun leurs expériences de solidarité et affirmer leur engagement pour refuser activement l'apartheid social qui grandit dans nos sociétés.

Du 17 au 21 juillet à Jambville en région parisienne, s'est tenu le rassemblement «Djynamo 2010».

250 jeunes Belges, Luxembourgeois, Suisses, Espagnols, Anglais, Irlandais, Polonais et Français s'y sont retrouvés. Ils ont partagé leurs expériences de vie et leurs projets. Au centre de leurs échanges : «L’Appel de jeunes européens». Cet Appel a été rédigé suite à de nombreuses rencontres de jeunes en Europe durant l'année passée, et sera rendu public le 17 octobre (Journée mondiale du refus de la misère).
Célia Romazotti, Vanessa Venetz  et Orlane Liaudet étaient parmi les participants de notre pays. Pour elles les mots clés de la rencontre étaient  :  communication - responsabilité - être ensemble passer les frontières.
« Nous, les jeunes de Suisse, nous avons apporté avec nous  «le rideau de la rencontre ». C’est un travail commun. Chacun a décoré au moins un de ces carrés pour le réaliser. Passer le rideau signifie pour nous : passer au travers des difficultés, des différences, des frontières… »
« Comment nous avons communiqué avec les jeunes d’autres langues ? C'était parfois difficile, on a surtout utilisé les gestes pour mimer, aussi des mots de plusieurs langues, c’était marrant. »
« Cette rencontre,  on l’a préparée depuis longtemps. C'était sympa de découvrir ce que chaque pays a présenté. J'ai bien aimé le fait d'être là-bas avec tous ces jeunes. J'ai revu des copains d'autres pays que j'avais déjà rencontrés ailleurs.  Le dernier soir autour du feu on était tous ensemble… c'était super bon. »

Du 4 au 11 août, 34 jeunes entre 14 et 30 ans se sont retrouvés à Treyvaux.  

Ils sont venus de Belgique, de France, de Pologne et de Suisse pour une rencontre qui faisait suite à celle de Jambville, Quelques jeunes ont eu l’occasion de participer aux deux rassemblements dont les objectifs étaient semblables : apprendre à se connaître, partager ses expériences, ses engagements, mais aussi trouver un moyen de faire entendre une parole commune dans la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale.
Durant cette semaine nous avons vécu une super expérience humaine de vie en communauté avec des jeunes de cultures, de langues et d'âges différents. Le tout dans le respect de chacun. Nous avons pris des temps de réflexion autour du texte rédigé par des jeunes européens sur leurs colères et leurs espoirs. Ce texte sera rendu public à travers l'Europe lors de la Journée mondiale du refus de la misère,  le 17 octobre 2010.

Avec le soutien du programme JEUNESSE EN ACTION

www.jugendfuereuropa.ch

 

Logo_youth_in_action.gif

Jeunes pour oser la rencontre

« Grâce à ce projet j'ai repris confiance en moi. Avant je n'arrivais pas à m'exprimer, c'est pour cela que je n'allais pas vers les autres. Et maintenant j'ai rencontré un groupe de personnes supers qui m'ont aidé à faire et dire les phrases comme il faut et ils m'ont accepté comme je suis. »
(Marianne, 16 ans)

Avec ATD Quart Monde, des jeunes de familles qui connaissent la pauvreté et des jeunes d'autres milieux créent la rencontre en Suisse et à travers l'Europe. Dans le dialogue et la communication naît la confiance. Partager son expérience de vie et son savoir bâtit la solidarité et ouvre vers un avenir meilleur.

Localement, ces jeunes se rencontrent pour se soutenir dans la recherche d'une formation et d'un travail. Ils vont ensemble rencontrer des personnes et organismes qui veulent donner un avenir à tous les jeunes.

Ensemble, ils se retrouvent pour des week-ends ou des chantiers à Treyvaux et se lancent dans trois actions :

* écrire un recueil de témoignages
* amener de la joie en été dans un quartier défavorisé
* être en lien avec des jeunes d'autres pays en Europe (en France, en Pologne, …) pour préparer l'Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (2010).

Nous agissons pour que la connaissance qui en résulte influence la société, les politiques, les recherches de solutions durables, notamment pour que les jeunes les plus pauvres aient accès à la formation et à l'emploi. Ces rencontres, tant avec l'entourage qu'avec des responsables politiques, rendent les jeunes -souvent déjà démobilisés par un légitime sentiment d'exclusion sociale - plus confiants et plus actifs. Elles répondent à leur besoin de solidarité et de reconnaissance.